Les échecs

Les origines des échecs

par Sarah Beth, traduit par Martin Morissette


Sortez votre échiquier!

Prenez une pièce, dit la reine. Tenez-la dans votre main.

Sentez son poids, sa texture, étudiez ses traits.

Regardez l'échiquier. La "jungle des 64 cases" comme l'a déjà appelé Kasparov.

Les pièces, l'échiquier, les déplacements, les stratégies et les tactiques...

Ils semblent si anciens, si immuables...

Pourtant...

Les échecs, tels que nous les connaissons aujourd'hui, n'existaient pas avant environ 1475!

Qu'est-il arrivé en 1475? Jusque-là, il n'y avait pas de reine ... Le roi avait un conseiller qui pouvait se déplacer en diagonale d'une case à la fois. Une autre différence majeure concernait la promotion. Un pion, en atteignant le huitième rang, ne pouvait devenir qu'un conseiller.

Autour de 1475, le conseiller a subi un changement de sexe et a émergé comme la reine puissante avec laquelle nous sommes tous familiers. Les règles de promotion ont changé pour nous donner la version européenne moderne. Un autre facteur a joué un rôle important dans l’établissement des échecs à ce moment-là: l'imprimerie! Des livres ont été écrits et plus librement distribués et en moins de 100 ans, les échecs modernes étaient établis. Seulement quelques changements mineurs (roque, la promotion de plus d'une reine, la prise en passant) ont été apportés à travers le 19e siècle.

D'accord ... Qu'en était-il avant 1475?

Une grande partie de ce qu'on appelle les échecs est arrivée en Europe en provenance de la Perse dans une forme de chaturanga. Les musulmans ont introduit les échecs en Afrique du Nord, en Sicile et en Espagne dès le 10e siècle. Il a fallu passer au travers de 500 ans et de nombreuses interdictions religieuses pour que les échecs puissent se développer. Malgré les références religieuses de l'époque, les échecs modernes doivent leur existence à la communauté. Une grande partie de ce phénomène reste inconnue.

D'où proviennent les échecs?

Il est communément admis que les échecs sont apparus en Inde, bien que ce soit loin d'être établi. Chaturanga, Shatranj, Xiang Qi (échecs chinois), Shogi (échecs japonais), Sittuyin (échecs birmans) sont toutes des formes de jeux de société antiques similaires au jeu d'échecs. Certaines personnes possèdent de bons arguments pour établir que la Chine est le berceau du jeu d'échecs. Certaines personnes soutiennent plutôt que c'est la Perse. D'autres examinent les faits et demeurent perplexes. Que l'origine des échecs se trouve en Chine, en Inde, en Perse ou ailleurs, il semble guère discutable que ce jeu soit un descendant direct du Chaturanga.


Chaturanga

Le chaturanga est apparu pour la première fois lors du 6e siècle. Chaturanga signifie littéralement "en quatre parties". C'est le nom sanskrit pour une formation militaire mentionnée dans l'épopée indienne, le Mahabharata. Les quatre parties se réfèrent aux armées indiennes qui comportaient quatre types de soldats:

  • Chars - Ratha - Se déplacent comme les tours.
  • Cavalerie - Ashva- Se déplace comme les cavaliers aux échecs
  • éléphant - Gaja - Se déplace de trois manières selon la littérature ancienne:
    1. 2 cases en diagonale en sautant une case
    2. 1 case vers l'avant ou 1 case en diagonale
    3. 2 cases orthogonales (comme les tours) en sautant une case
  • Infanterie -Padàti/Bhata - 4 pièces qui se déplaçaient comme des pions sur l'échiquier

Il y avait également deux pièces à l'effigie humaine (Raja) qui se déplacent comme les rois modernes et un ou des ministres (Mantri) qui se déplacent d'une case en diagonale. Le jeu est pratiqué avec quatre joueurs avec des dés sur une planche de 64 carrés. Les joueurs sont appariés en équipe de deux. Le mouvement d'une pièce dépendait d'un coup de dés. Peu de temps avant d'atteindre la Perse, le chaturanga s'est transformé d'un jeu de hasard avec quatre joueurs à un jeu d'intelligence avec seulement deux joueurs. Il avait deux caractéristiques clés trouvées dans toutes les variantes d'échecs ultérieures - les différentes pièces ont des pouvoirs différents (contrairement aux dames et au go), et la victoire était fondée sur une seule pièce, le roi des échecs modernes.


Chatrang

Le Chaturanga s'est transformé en Chatrang, un jeu pakistanais. La religion hindoue de l'époque a interdit les jeux de hasard et les dés furent éliminés. Les armées alliées furent unies en unités individuelles, ce qui en a fait désormais un jeu à deux joueurs. Les mouvements des éléphants et des chars furent inter changé. Les Rajahs sont devenus premiers ministres. Un firzan (conseiller) a été introduit. Le jeu était remporté en "dénudant" le roi c'est-à-dire en éliminant toutes les pièces de votre adversaire, ce qui exposait le roi à la capture. D'abord mentionné aux alentours de 600 apr. J.-C., le Chatrang fut décrit en détail dans un manuscrit du 13e siècle. En ce moment:

  • Un des premiers ministres est maintenant devenu un roi.
  • Le roi (Shah) - se déplace comme un roi aux échecs modernes.
  • Le premier ministre (Firz) - se déplace d'une case en diagonale seulement.
  • L'éléphant (Fil) - se déplace de deux cases en diagonale seulement mais peut sauter par-dessus d'autres pièces.
  • Le cheval de guerre (Faras) - se déplace comme un cavalier.
  • Le Ruhk - se déplace comme une tour.
  • Le Pion - se déplace comme un pion sur l'échiquier, et quand un pion atteint l'autre côté de la planche, il peut être promu en premier ministre

Le Chatrang a évolué directement dans la forme des échecs comme nous les connaissons aujourd'hui.


L’histoire des pièces d’échecs

Le Roi

Est la pièce la plus précieuse au conseil d'administration. Mais pour être si précieux, il est intrinsèquement faible. Le roi correspondait à l'empereur indien, le «Schah-in-Schah». Ce «roi des rois» était un sage souverain et non un guerrier. Quand l'empereur fut fait prisonnier, l'empire s'est effondré. C'est pourquoi le roi est capturé. La pièce s’est transformée de Rajah à premier ministre pour terminer comme roi, mais il est toujours resté au cœur de la partie

La Dame

A connu de nombreux changements au cours du temps. D'abord, elle fut un homme, le Firzan, le conseiller du roi qui ne pouvait se déplacer que d'une case en diagonale. Plus tard, les Européens ont interprété le Firzan comme une reine en raison de sa proximité avec le roi et ses pouvoirs ont considérablement augmenté.

Le Fou

A également déjà existé dans le Chaturanga. Il fut représenté comme un préposé armé qui était assis sur le dos d'un éléphant. Les Arabes appellent cette pièce "al-fil", qui signifie "éléphant". Le problème était que les éléphants étaient inconnus en Europe centrale de sorte que les Européens ne pouvaient pas se représenter cette pièce. Les évêques ont été interprétés différemment par les différentes nations. C'est pourquoi l'évêque est un "Läufer" (coureur) en Allemagne, un "fou" (fou) en France et un "Alfiere" (porte-étendard) en Italie. L'évêque a également profité du développement des échecs dans le 15e siècle. Au début, il pouvait sauter d'une case en diagonale. Plus tard, le saut a été supprimé et il put se déplacer en diagonale où il le voulait.

Le Cavalier

A très peu changé à travers l'histoire. Déjà dans le Chaturanga, il se déplaçait avec son saut spécial. Les Indiens l’ont représenté comme un guerrier monté avec un bouclier et une épée. Puis les Arabes ont pris cette pièce et l’ont simplifiée.

La Tour

était également connue dans le Chaturanga comme un char et a été appelée "rukh". Les chariots de guerre ont été une partie de l'ancienne armée indienne jusqu'au 5ème siècle. Les «Rukhs» (corneilles) étaient des fortifications sur le dos d'un éléphant. Au moment où le jeu est parvenu en Arabie le nom n'a pas changé mais la représentation a été simplifiée. En Europe, le nom anglais de «rook», nous rappelle la descente. Les joueurs d'échecs européens ont redéfini la description de la pièce. Finalement, ils laissèrent de côté l'éléphant pour la représentation normale.

Le Pion

A toujours eu le rôle d'un soldat. Mais au Moyen Age les moines ont essayé de représenter les pions en tant que citoyens. Le premier pion (a2) était un travailleur agricole, le second un fourreur, le troisième un tisserand, un homme d'affaires pour le quatrième, le cinquième un médecin, le sixième un aubergiste, le septième un policier et le huitième un joueur. Mais ces caractérisations n’ont jamais pris. Le déplacement initial de deux cases et la prise "en-passant", furent introduits dans le 15e siècle. Les pièces ont alterné entre le simple et l’ornementation depuis le début.


Les pièces ont débuté comme des représentations simples et sont peu à peu devenues plus figuratives, représentant des animaux, des guerriers, et les nobles. En raison de l'interdiction islamique d'images de créatures vivantes, des ensembles de jeu musulmans du 9e au 12e siècle étaient souvent non figuratifs et faits d'argile ou de pierre sculptée. Ce retour à des pièces symboliques et simples a permis de produire des jeux plus accessibles et moins chers à produire ce qui a contribué à l'augmentation de la popularité du jeu.

Les ensembles stylisés, souvent ornés de pierres précieuses et semi-précieuses, sont devenus à la mode au moment ou le jeu s’est répandu en Europe et en Russie. Les échiquiers, qui avait des carrés monochromes dans le monde musulman, ont commencé à alterner le noir et blanc ou le rouge et blanc, les échiquiers de l'an 1000 étaient souvent faits de bois précieux ou de marbre. Pierre 1er le Grand de Russie avait des échiquiers de campagne faits de cuir souple qu'il emportait lors des manoeuvres militaires. Le roi est devenu la plus grosse pièce et a acquis une couronne et parfois un trône. Le lien entre le cavalier et le cheval remonte au chaturanga. Le pion, étant en puissance et en statut social le plus faible, a toujours été la pièce la plus petite. La reine a grandi en taille, après 1475, lorsque ses pouvoirs s’élargirent et s’est transformée d’un conseiller mâle vers l’épouse du roi. Le fou était connu par des noms différents ("fou" en français, "éléphant" en russe, par exemple) et n'a pas été universellement représenté par sa coiffe caractéristique qu’à partir du 19e siècle. La représentation de la tour varie aussi considérablement. En Russie, elle a été généralement représentée comme un voilier jusqu'au 20e siècle. Ailleurs, il était un guerrier dans un char ou une tourelle du château.


Le jeu d’échec Staunton

La norme pour les jeux modernes a été créée vers 1835 avec un design simple créé par un anglais, Nathaniel Cook. Après il a été breveté en 1849, la conception a été approuvée par Howard Staunton, le meilleur joueur du monde à ce moment. Grâce à d’importants efforts de promotion de la part de Staunton, le design est ensuite devenu connu comme le modèle Staunton. Aujourd’hui, seuls les jeux basés sur la conception Staunton sont autorisés dans la compétition internationale aujourd'hui.